ART

MURAKAMI à VERSAILLES

Après Jeff Koons en 2008 et Xavier Veilhan en 2010, c’est au tour de Takashi Murakami de bousculer les puristes de Versailles en cette fin d’année 2010 …


Nous avions remarqué Murakami lors de sa collaboration avec Luis Vuitton, et son œuvre nous disait quelque chose…

Alors nous nous sommes précipités à Versailles pour mieux connaître ce « docteur en Nihonga » (peinture japonaise), précurseur d’un nouvel art, le SUPERFLAT (mouvement d'art contemporain influencé par l'animé et le manga. Superflat signifie en anglais « super plat » et se réfère à diverses formes aplaties de l'art graphique japonais ainsi qu'à la superficialité de la culture consumériste japonaise.)

Nous avons essayé de comprendre l’œuvre de Murakami, mais à Versailles, nous avons compris une chose : quelque soit la beauté d’une œuvre, il faut l’exposer dans un environnement qui la valorise au risque de l’étouffer.

En effet, il n’y a rien de commun entre Versailles et Murakami.

La décoration du château est tellement chargée et  imprégnée, que la confrontation des deux mondes provoque un choc qui a pour effet de parasiter les deux univers. On a ressenti un heurtement des cultures, des styles et des messages, que nous n’avions pas perçu lors ce que Jeff Koons a exposé dans ce même lieu. Ce qui nous a fait prendre conscience que, malgré toute la bonne volonté et toute l’ouverture que l’on peut prêter de part et d’autres, la rencontre de l’orient et de l’occident ne pourra se faire sans concessions.

Liens :

Sur l’artiste :

www.takashimurakami.com/

sur l’exposition :

http://www.chateauversailles.fr/les-actualites-du-domaine/evenements/evenements/expositions/murakami-versailles

Sur sa collaboration avec Louis Vuitton :

http://www.paperblog.fr/2199215/louis-vuitton-takashi-murakami-une-histoire-exemplaire/