Mars 2010

LA CAC DÉCOIFFE AU TRANSBO !

Le 14 mars dernier, la Centrale des artisans coiffeurs (CAC) a donné rendez-vous à ses troupes au Transbordeur pour un show décoiffant !

La CAC avait annoncé « une rencontre exceptionnelle autour du plaisir, de la passion, de l’inspiration et de la beauté », une soirée où « les plus grands talents du moment feraient partager leurs regards sur la mode et les tendances ».
La devise : « Accrochez-vous, ça décoiffe ! »
Les shows coiffure se sont succédé ce soir-là avec pour dénominateur commun un univers fantastique créé grâce à des chorégraphies où le coiffeur était l’acteur principal.

C’est Vincent Moutault ("LA LOGE 220", DIJON) qui a ouvert le bal avec de dynamisme et la générosité qui le caractérise. Renforcés par les costumes de la styliste Amélie Loisy, ces personnages « borderline » nous ont transportés aux frontières d’un chaos organisé, où la beauté et la sensualité étaient de mise.

Ensuite, le coiffeur lyonnais WILFRID KARLOFF nous a époustouflés. Ses coiffes surdimensionnées associées aux costumes du jeune styliste lyonnais Franck Meunier (Rose Carbone) nous ont conduits tout droit dans un monde mi-tribal mi-gothique.
(www.wilfrid-karloff.com, www.rosecarbone.com)

Autre moment fort de la  soirée : l’intervention du grand STÉPHANE AMARU qui nous a éblouis par son humilité et sa simplicité.
Élu meilleur entrepreneur de l’année en 2003 et en 2006, et meilleur directeur artistique en 2006, Stéphane Amaru est le coach par excellence.
Il a raconté son histoire et son parcours en expliquant qu’il n’a jamais réussi à obtenir son diplôme de coiffeur en France, et qu’il s’est expatrié en Angleterre parce que, là-bas, on ne lui demandait pas de diplôme pour exercer son art. Ne pas être diplômé ne l’a empêché en rien de devenir directeur artistique international du groupe TONI AND GUY, ni d’enseigner à l’académie de Londres ainsi que dans le monde entier.
Les clés de sa réussite ? « Il faut savoir baisser sa fierté, car la fierté est un frein à la créativité. » Sa règle d’or : « s’entrainer excessivement dans ce qu’on déteste pour développer ses performances. » « Éduquer, c’est savoir se réinventer », nous a-t-il dit…
Stéphane Amaru a segmenté la coiffure en trois catégories : l’avant-garde, le commercial et l’éditorial. D’après lui, pour devenir un coiffeur de renom, il faut faire de l’éditorial en constituant des images qui parlent pour soi. Il a précisé qu’en France, nous avons la meilleure presse du monde, et qu’il faut savoir en jouer.
Pour fabriquer de belles images, il a conseillé de « se constituer une équipe de personnes spécialisées plutôt que de tout vouloir faire soi-même ». Malgré ses multicompétences, Stéphane a trouvé son équipe : maquilleur, photographe…, ce qui ne l’empêche en rien d’être le « leader » (même s’il y a des compétences, il n’y a qu’un seul leader qui impose sa vision à son équipe). Ainsi, il se concentre sur son métier, car « il vaut mieux être spécialisé dans un domaine qu’à moitié dans tous ».
Stéphane Amaru nous a fait la démonstration d’un « photo show », ou comment le trio coiffeur-modèle professionnel-photographe permettait, grâce au talent et à l’ordinateur, de fabriquer des images avec une facilité déconcertante. (www.stephaneamaru.com)

Autre show remarquable, celui de JEAN-MICHEL FARETRA, roi du relooking. Accompagné de son équipe, il nous a laissés sans voix grâce à un show « partage d’exotisme » où les coiffes gisaient en de véritables sculptures.

Cette soirée s’est conclue par l’intervention de l’acteur BRUNO MADINIER (Cordier juge et flic) qui, après avoir encensé le métier de coiffeur, nous a annoncé sa future collaboration avec la CAC. En effet, parallèlement à sa carrière d’acteur, Bruno Madinier a créé en 1992 un cabinet de formation professionnelle (Madinier et Associés) qui propose des formations autour de la communication, de l’efficacité personnelle et du management. (www.madinier.com)

La Centrale des artisans coiffeurs est « une coopérative créée pour le développement et la croissance d’une profession, la coiffure ». Elle compte plus de 10 000 adhérents et offre un soutien aux coiffeurs indépendants dans l’achat de fournitures, la logistique, la conception et la réalisation de salons de coiffure, ainsi que la prestation de services.
Grâce à des intervenants stupéfiants, la CAC nous a concocté un show qui nous a tenus en haleine pendant près de trois heures !
Par cette soirée, elle a su fédérer et dynamiser ses troupes. On déplore cependant la non-organisation de l’après-show. L’absence de champagne et de petits fours a nui à la convivialité entre les invités, phase importante de ces rassemblements.

www.cac.coop